Compte-rendu de la réunion publique du 19.10.2011

Ce 19 octobre, s’est tenue notre première réunion publique dont le but était de présenter les raisons qui ont motivées la relance de l’ association « Argeliers Environnement », échanger avec les habitants présents sur ce sujet et envisager ensemble quels projets pourraient améliorer la qualité du cadre de vie dans notre village .

Le sujet central de la rencontre et qui a motivé la relance de l’association est la situation actuelle et surtout l’avenir de la zone de Truilhas, légitime sujet d’inquiétude.

Vous connaissez tous l’établissement « EDN » ( entrepôt du Narbonnais ) situé dans cette zone , mais savez vous …..

– que cet établissement est classé site « SEVESO risque haut » pour sa capacité de stockage des produits agro pharmaceutiques . Pour mémoire, ces produits phytho sanitaire ( pesticides , herbicides fongicides , rodonticides ….et autres gâteries en «icides» utilisés en milieu agricole et non agricole sont des produits à risques d’explosion (qui plus est , situés près de la «Toulousaine des Farines » , également à risques d’explosion !… ), à risque d’incendie et libérant dans l’air des molécules hautement toxiques pour la santé humaine, sans compter qu’ils peuvent un jour s’échapper malencontreusement de leur conditionnement et polluer une nappe phréatique à 2,50m sous nos pieds, …… bonjour les dégats !

– qu’ un nouveau Plan de Prévention des Risques Technologiques ( PPRT) pour cet établissement a été élaboré par les services de l’Etat et est actuellement soumis à l’approbation du préfet qui, rappelons le, est responsable en matière de risques technologiques.

-que face à ces risques d’explosion et d’incendie non négligeables pour la santé et la sécurité de chacun des habitants du canton , les services de l’Etat n’ont pas jugé utile de convier à cette élaboration les communes d’Argeliers , de Mirepessïet ! Respectivement situées à 2,5 Km et 1,5 km de ce site , elles sont bien plus près que le village de Sallèles d’Aude lui même ! … cherchez l’erreur !….

– que ce nouveau Plan de Prévention réduit le périmètre de sécurité à 100 mètres au lieu des 200 mètres arrêtés dans le plan précédent excluant l’obligation d’une prise en compte des salariés des établissements proches ( Somail fruits , La Toulousaine des Farines, Carayon ….)

– que pour certaines personnes siégeant à la CLIC ( commission locale d’information et de concertation dans sa séance du 6 décembre 2010 ) , il n’est pas utile de prévenir de ces risques les ouvriers qui travaillent dans les établissements limitrophes car cesdits établissements ne sont plus dans la « zone rouge » et pour cause ….. !

Mais soyons rassurés ! De risques il n’y en a point car tout est sous contrôle ! …. Les techniciens veillent …. et comme il nous fut répondu lors de la réunion publique à Sallèles à laquelle nous nous étions déplacés en nombre , «en cas d’incendie les fumées toxiques montent tout droit»!! … ça ne vous rappelle rien ? …. Un certain nuage radioactif de Tchernobyl arrêté par les Alpes ….. et puis, braves gens, sachez que « les modélisations scientifiques concernant les risques permettraient de réduire encore davantage le périmètre de la zone de confinement » . Alors de quoi s’inquiète t-on! Pauvres ignorants que nous sommes !

– qu’il est prévu une extension de cette zone d’activité de Thuilhas ….

POUR Y FAIRE QUOI ? ou devrait-on demander POUR Y ENTREPOSER QUOI ? Mystère et silence radio !

Est-ce pour un projet d’une déchetterie de produits industriels ? On est en droit d’y penser quand on se remémore les déclarations de M Bascou en Mars 2011 « les entreprises en lien direct avec le port pourront s’installer à Truilhas » et dernièrement, M. Lapalu de surenchérir avec une annonce d’extension sur 300 hectares !

Toujours est-il, à ce jour, 23 hectares supplémentaires sont prévus comme le précise la carte de développement des zones d’activités économiques du Grand Narbonne qui dénomme pudiquement la zone de Truilhas de zone « multi activités » …. Quelle belle formule pour y inclure tout et n’importe quoi !

Cette zone de Truilhas deviendra t-elle la base arrière de Port la Nouvelle et de son projet d’usine de traitement de l’ huile de Palme ? …. et… pourquoi pas une nouvelle zone de stockage des produits radio-actifs issus de l’activité de la Comurhex ?

Comme chacun le sait, le site de Moussan arrive à saturation et de nouveaux terrains de stockage des déchets sont recherchés. Rappelons-le, la Comurhex, filiale à 100% d’Areva, transforme l’uranium naturel en deux phases pour obtenir de l’hexafluorure d’uranium, qui est ensuite enrichi et transformé en combustible pour les centrales nucléaires et les résidus de cette transformation ne sont pas du caramel !

à suivre ….

Si le classement en site SEVESO, mis en place après l’accident  d’AZDF , permet de mettre sous surveillance certains établissements en rendant obligatoire des études préalables sur les dangers ainsi que l’élaboration en concertation avec «tous les acteurs» d’un Plan de Prévention et , en conséquence , une protection des populations et de l’environnement, MAIS à condition que les dés ne soient pas pipés dès le départ , que ces plans ne soient pas ficelés et bouclés avant même d’être présentés publiquement pour la forme !! en ne laissant aux riverains que le choix de la couleur des bâtiments !!

Nous disons NON aux simulacres de concertation et de démocratie !

Notre planète et la qualité de vie sur celle-ci n’a pas de prix et n’est pas à vendre !

Nous tenons à remercier M Jean-Pierre Galtier de l’association Bitteroise « OMESC » de Béziers et membre de l’association départementale « ECCLA » , pour l’aide qu’il nous a apporté par sa présence et son exposé sur le sujet.

Nous envisageons de vous proposer prochainement d’autres rencontres sur les questions environnementales pour ensemble mieux comprendre de quoi il retourne , quelles sont les conséquences pour chacun d’entre nous … que ce soit sur des sujets proches de notre vie quotidienne où sur des sujets qui peuvent paraître parfois plus éloignés de nos préoccupations immédiates …Comprendre pour savoir et pouvoir agir et ne plus subir !

Si vous voulez nous faire part de sujets que vous souhaitez voir aborder … contactez nous sur l’adresse mail: argeliersenvironnement@yahoo.fr

Vous pouvez prendre connaissance du Diaporama présenté par M Galtier.

Et si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur les sites

* de la DREAL (région languedoc roussillon) – risque technologiques

*eduterre.inrp.fr qui vous en dira plus sur les risques pour la santé des produits phyto sanitaire

*agence pour le gestion des déchets radio actif : ANDRA

*IRNS – division régionale du Sud Est

Publicités

Oyez! Oyez! NOPALME… ACTION…12.XI.2011

Samedi 12 Novembre 2011, le collectif NOPALME organise une journée d’action.

Si vous voulez en savoir plus sur le programme de la journée, cliquez-là

Jusqu’au 17 novembre 2011 vous pouvez participez à l’élection du prix Pinocchio: quick-ici

Pour signifier votre désaccord contre une installation d’huile de palme à Port-La-Nouvelle, une pétition rassemble 4 870 signatures, pour y ajouter la votre c’est là

4% du territoire du Liberia va être déforesté (l’équivalent de l’ensemble de la superficie du département de l’Aude) et ressemblera à çà:

Merci à nos fidèles lecteurs et à nos adhérents pour leur soutien et la participation à nos actions futures…

Huile de Palme… 200 millions d’€ d’argent public

Un dossier brûlant est entrain de focaliser l’attention depuis une année: L’usine d’huile de palme de Port-La Nouvelle. L’huile de Palme contribue à la déforestation, à l’extermination des Orang-Outans  et est mauvaise pour la santé. Elle se cache partout dans l’alimentation (souvent on ne dit plus son nom sur les étiquettes: on l’appelle Huile végétale) et aussi dans les carburants diesels.

L’huile de palme est bon marché et elle va nous coûter 200 000 000 €, pour la création de 200 emplois. Je me suis livré à un petit calcul. Un employé au SMIC coûte 1 700 € à son patron (charges salariales et patronales incluses)  ce qui fait que la Région (140 M€), le Département (30 M€), le Grand Narbonne (30 M€) vont financer le paiement des 200 emplois pendant 49 ans !!!!

200 M€ ce sont 117 647 mois de salaires ou encore 9 803 années de salaires au SMIC.

Si la région, le département, et le Grand Narbonne donnaient une subvention de 100 000 € à tout nouvel agriculteur, nous pourrions créer 2 000 exploitations agricoles dans le département !!!! Pourquoi ne pas financer l’huile d’Olive ou la viticulture locale?

Signer la pétition




Et si l’arrière port se faisait sur la zone de Truilhas comme en parle M. Lapalu dans une interview accordée à l’Indépendant le 19.X.2011?






Pour aller plus loin et voir ce qu’est vraiment l’huile de palme:

En cliquant sur les articles vous irez sur les sites internet qui constituent les sources de cet article:

– les journaux « L’indépendant », « Le Midi Libre », « Le Figaro », « Les Echos » et « France 3 »

– Les blogs « Les petits pois sont rouges », « Europe Ecologie Les Verts », « Netoyens », « Collectif No Palme » et « Exergue »

Truilhas: Les projets de M. LAPALU

Christian Lapalu, dans une interview parue dans l’Indépendant du 19/X/2011, dresse un bilan de l’intégration des communes du Sud-Minervois dans le Grand Narbonne. Il aborde un sujet qui nous interroge beaucoup: La zone de Truilhas.

Lorsque le site internet du grand Narbonne annonce deux extensions de la zone de Truilhas pour une surface totale de 22,5 ha, M. Bascou évoque quant à lui une extension de 90 ha. Monsieur Lapalu surenchérit et annonce une extension de 300 ha !!! Que deviendront ces 300 ha???? Un port à Sec. Késako? Un immense empilage de containers que Port La Nouvelle ne peut héberger? et les 200 autres ha? Une extension du site d’EDN classé SEVESO ???

Affaire à suivre…

 

 

Association Argeliers Environnement: les statuts

STATUTS de l’association « ARGELIERS ENVIRONNEMENT »

ARTICLE 1

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet 1901 et le décret du 16 Août 1901, ayant pour titre : « Argeliers environnement »

ARTICLE 2

Cette association a pour but la protection et l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement.

ARTICLE 3

Cette association se donnera tous moyens (action en justice, médiatique , ect…) pour la réalisation de son objet social.

ARTICLE 4

Le siège social est à l’adresse du Président : 21 rue St Marc – 11120 Argeliers

Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d’Administration ; la ratification par

l’Assemblée Générale sera nécessaire.

ARTICLE 5

L’association se compose de membres adhérents et de membres d’honneur.

ARTICLE 6

Pour faire partie de l’association, il faut être agréé par le bureau qui statut lors de chacune de ses réunions sur les demandes d’admission présentées.

ARTICLE 7

Tout membre d’honneur est inéligible au conseil d’administration et de ce fait au bureau.

Tout membre du conseil d’administration qui accéderait à des responsabilités civiques (conseil municipal, conseil général … ) sera immédiatement remplacé selon l’article 10.

Tous les membres de l’association sont bénévoles et aucun membre ne peut prétendre à une quelconque rémunération.

Sont membres adhérents ceux qui l’ont formulé par écrit.

L’adhésion donne lieu à une cotisation annuelle de 5 euros.

ARTICLE 8

La qualité de membre se perd par :

a) La démission

b) Le décès

c) La radiation prononcée par le conseil d’administration pour non-paiement de la cotisation ou pour motif grave. L’intéressé ayant été invité par lettre recommandée à se présenter devant le bureau pour fournir des explications.

ARTICLE 9

Les ressources de l’association comprennent :

a) Les cotisations des membres

b) Les subventions de l’Etat, des Départements, de la Région, des Communes et syndicats Inter–communaux

c) Les dons et adhésions de soutien

d) Tout autres moyens autorisés par la loi

ARTICLE 10

L’association est dirigée par un conseil d’administration élus pour une année par l’assemblée générale. Les membres sont rééligibles.

Le conseil d’administration choisit parmi ses membres, au scrutin secret, un bureau composé de :

1er : un président

2e : un secrétaire

3e : un trésorier

Les membres du bureau ne peuvent être reconduit dans leur fonction au- delà de deux ans

Le Conseil d’Administration étant renouvelé chaque année. En cas de vacances, le Conseil d’Administration pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres. Il est procédé à leur remplacement définitif par la prochaine assemblée générale, les pouvoirs des membres ainsi élus prennent fin à l’époque où devait normalement expirer le mandat des membres remplacés.

ARTICLE 11

Réunion du Conseil d’Administration

Le Conseil d’Administration se réunit une fois au moins tous les six mois, sur convocation du Président ou sur la demande d’un quart de ses membres.

Les décisions sont prises à la majorité des voix ; en cas de partage, la voix du Président est prépondérante.

ARTICLE 12

Tout membre du Conseil d’Administration qui, sans excuse, n’aura pas assisté à trois réunions consécutives, pourra être considéré comme démissionnaire.

Nul ne peut faire partie du Conseil d’Administration s’il n’est pas majeur.

ARTICLE 13

Assemblée Générale ordinaire

L’assemblée générale ordinaire comprend tous les membres de l’association à jour de ses cotisations et à quelque titre qu’ils y soient affiliés.

L’assemblée générale ordinaire se réunit chaque année au mois de septembre.

Quinze jours au moins avant la date fixée, les membres de l’association sont convoqués par les soins du secrétaire. L’ordre du jour est indiqué sur les convocations.

Le Président, assisté des membres du Conseil d’Administration, préside l’assemblée et expose la situation morale de l’association.

Le Trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan financier à l’approbation de l’assemblée.

Il est procédé, après épuisement de l’ordre du jour, au remplacement, au scrutin secret, des membres sortants du conseil d’Administration.

Ne peuvent être traitées, lors de l’Assemblée Générale que les questions soumises à l’ordre du jour.

Les décisions sont prises à la majorité des présents. La voix du Président est prépondérante en cas de partage. Aucune condition de quorum n’est requise.

ARTICLE 14

Assemblée Générale extraordinaire.

Une assemblée Générale extraordinaire doit être réunie pour :

– Toute modification des statuts

– Tous points non prévus par les statuts

– Toutes actions extraordinaires qui pourraient être proposée par le bureau

Si besoin est, ou sur la demande de la moitié plus un des membres inscrits, le Président peut convoquer une Assemblée Générale extraordinaire, suivant les modalités prévues par l’article 11

Un quorum correspondant au ¾ des présents est nécessaire pour valider les décisions.

Si le quorum n’est pas atteint, une nouvelle Assemblée Générale extraordinaire sera convoquée ultérieurement et dans ce cas les décisions seront prises à la majorité simple des présents.

ARTICLE 15

Règlement Intérieur.

Un règlement intérieur peut être établi par le Conseil d’Administration qui le fait alors approuver par l’Assemblée Générale.

Ce règlement éventuel est destiné à fixer les divers points non prévus par les statuts, notamment ceux qui ont trait à l’administration interne de l’association.

ARTICLE 16

Dissolution.

En cas de dissolution prononcée par les deux tiers au moins des membres présents à l’Assemblée Générale, un ou plusieurs liquidateurs sont nommés par celle-ci et l’actif, s’il y a lieu est dévolu conformément à l’article 9 de la loi du 1er Juillet 1901 et au décret du 16 Août 1901

Fait à Argeliers le 2 septembre 2011

Président                                                                                                       Secrétaire

Daniel DELHOSTE                                                                                        Liliane DUPONT