Ecolos de vacances

LE MONDE | 31.08.2012 à 13h18 • Mis à jour le 31.08.2012 à 13h18

Par Pascal Galinier

«Votre éditorial du 26 juillet sur les gaz de schiste est consternant, nous écrivait le 3 août Yann Louvel, de Crest (Drôme). Au lieu d’encourager le nouveau gouvernement à mettre enfin tous les moyens de l’Etat et à inciter la société française à entrer dans une nouvelle ère énergétique, où le gaspillage ne serait plus roi, vous encouragez à l’inverse ceux qui veulent profiter de cette « révolution » en trompe-l’oeil

Ouch ! De retour de vacances, le médiateur se demandait si les lecteurs avaient eux aussi posé la plume. Que nenni. Nos lecteurs ne bronzent que d’un oeil durant l’été. De l’autre, ils demeurent attentifs à l’actualité, et au contenu de leur journal. Un contenu, il est vrai, riche en événements cette année : Syrie, Jeux olympiques, premiers pas de la nouvelle majorité de gauche…

Mais de quoi parle donc ce lecteur drômois dans sa missive énervée ? D’un sujet qui s’annonce chaud sur la scène politique en cette rentrée 2012 : l’écologie. Et plus précisément les gaz de schiste… Un sujet déjà traité par le médiateur dans sa chronique du 10 mars 2012 (« De l’eau dans le gaz »). Pour un éditorial (« Le pétrole flambe, le gaz de schiste attend », publié le 29 février), qui avait valu au Monde un abondant courrier, déjà…

L'exploration des gaz de schiste en Europe

Que dit donc le nouvel éditorial incriminé ? « N’enterrons pas le débat sur les gaz de schiste » – c’est son titre (Le Monde daté du 26 juillet 2012). Un titre qui a le mérite d’être clair. Trop, manifestement, aux yeux de plusieurs lecteurs. D’autant que l’édito en question renvoyait à une page d’enquête au Texas (« Bienvenue à Fort Worth, capitale du gaz de schiste »), sur cet eldorado pétrolier où Total et ses partenaires américains forent à tout-va… « Drill, baby, drill ! », dit-on là-bas.

« Si le principe d’un débat ne peut être écarté sur un tel sujet de société, encore faut-il le poser correctement, estime Jean Busson, de Sonnaz (Savoie). Si le débat ne doit pas être « qu’économique ou stratégique » pour être « philosophique, moral, politique », comme vous l’écrivez, il ne peut être alors limité « aux risques de l’innovation ». »

« On peut accepter que le journal veuille reposer ce débat, observent Martine et Christian Bourdel, de Mareau-aux-Prés (Loiret). Il est moins acceptable que ne soit pas évoqué, même en quelques phrases, l’un des principaux enjeux de ce siècle : le réchauffement climatique. » Et de regretter que « cet éditorial nous présente le modèle d’avenir américain face au conservatisme du Vieux Continent, le dynamisme de l’innovation et du progrès face aux rigidités de l’application du principe de précaution ».

201208181.0.1005321062forages

Ah, le modèle américain… Vieux débat en effet dans notre journal. Un modèle « une fois encore mis en avant : si l’on veut en Europe retrouver l’équivalent de « la décennie dorée » des années 1990, cette « période faste », il faudra en passer par l’exploitation des gaz de schiste », déplore Françoise Labrousse, de Saint-Hilaire-du-Harcouët (Manche), dans une longue et belle lettre manuscrite. Cette lectrice au long cours dit s’étonner et se désoler « du peu d’imagination dont font preuve tant les politiques que les journalistes dans leur grande majorité. La Terre va dans le mur de plus en plus vite – Le Monde le rappelle chaque jour à ses lecteurs : la mer se vide, la Chine pollue désormais plus que les Etats-Unis, les déserts avancent, les catastrophes naturelles se multiplient, les terres se stérilisent… – mais la réponse est toujours la même : il faut à tout prix « relancer » la machine économique, pour produire toujours plus et pour consommer toujours plus. Dans une schizophrénie inexplicable, les deux termes de cette équation ne sont jamais mis en regard. »

Sivan Halévy, de Montirat (Tarn), semble se demander si son journal n’est pas schizophrène, qui a publié fin juillet, coup sur coup, deux articles en totale contradiction selon lui : le reportage au Texas donc, le 26 juillet, puis, le lendemain, un article relatant les tensions générées outre-Atlantique par un rapport douteux sur le gaz de schiste, élaboré à l’université d’Austin (Texas) en février, sous la houlette d’un géologue texan actionnaire d’une société de forage. « Pourquoi ne pas avoir publié ces deux articles dans la même édition ? », nous interpelle M. Halévy.

« Chapeau pour une mauvaise foi aussi profonde sur un sujet qui reste, à mes yeux, à surveiller de très près ! N’avez-vous pas, de plus en plus souvent, le sentiment de prendre vos lecteurs pour des analphabètes, ou des amnésiques ? », nous tance Jacques Gravend, de Saint-Valéry-sur-Somme (Somme).

Bref, citoyens concernés ou « écolos de vacances », nos lecteurs sont inquiets. « Gaz de schiste = substitut au pétrole » : une équation simple en apparence, mais ô combien explosive on le voit, au propre comme au figuré. Une équation pleine d’inconnues. Dont deux majeures : énergie, écologie. Deux patates chaudes pour le tandem PS-EELV désormais au pouvoir, comme en témoignent les passes d’armes récentes entre Arnaud Montebourg et les Verts sur le nucléaire

Un vrai sujet de débat, donc. Eminemment politique, au sens noble du terme. Débat qui interpelle – ou devrait interpeller – notre modèle de société, celui de la France, de l’Occident, du monde entier ; modèle fondé sur la croissance à tout prix et parfois, trop souvent, à n’importe quel prix. Raison de plus pour ne pas l’enterrer, ce débat sur le gaz de schiste, comme nous le disions justement dans l’article incriminé. « J’ose espérer que cet éditorial n’est pas le signe avant-coureur d’un changement dans l’information que diffuse Le Monde sur les questions d’environnement, où les thèses de quelques lobbies prendraient peu à peu le pas », s’inquiète Jean Busson. Le médiateur peut vous rassurer, cher lecteur. Ni « changement » ni « lobbies » dans votre journal. Mais un débat. Vif parfois. Y compris au sein de notre rédaction – c’est l’une de nos forces. Susciter le débat, telle est notre raison d’être ; tel était bien le but de cet éditorial, dût-il nous valoir une volée de bois… vert !

Bonne rentrée à tous.

mediateur@lemonde.fr

Mediateur.blog.lemonde. fr

Pascal Galinier

commenter...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s