Gaz de schiste: la gestion du risque fait partie de tout projet industriel (Anne Parisot)

Mar 18 Sep 2012 à 23:35

Dépêche AFP

PARIS – La président du Medef, Laurence Parisot, a regretté mardi que le gouvernement ait fermé la porte à toute exploitation du gaz de schiste car il faut comprendre que la gestion du risque, ça fait partie de tout projet industriel.
Quand on veut une France industrielle, il faut comprendre que la gestion du risque, ça fait partie du projet industriel, a déclaré la patronne des patrons lors de sa conférence de presse mensuelle, estimant qu’en interdisant tout, on bloque tout progrès dans la maîtrise et la gestion du risque.
Lors de la conférence environnementale vendredi, François Hollande a annoncé que toute demande de permis soupçonné de viser le gaz de schiste serait rejetée. Dans l’état actuel de nos connaissances, personne ne peut affirmer que l’exploitation des gaz et huiles de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et l’environnement, a argumenté le président.
Mardi, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho a précisé que les permis d’exploration d’hydrocarbures déjà accordés seraient annulés s’il apparaissait qu’ils visent en réalité les gaz de schiste.
Je ne souhaite pas plus que la plupart des Français prendre un risque de pollution de la plus petite de nos nappes phréatiques, (…) de mini-séisme souterrain, je ne souhaite pas non plus que nos paysages s’enlaidissent, a rétorqué Mme Parisot. Mais, a-t-elle insisté: ces trois risques là sont gérables.
Le Medef fera tout pour que les entreprises françaises qui ont des atouts de ce point de vue là puissent continuer à améliorer leur savoir-faire, leur expertise sur cette nouvelle source d’énergie, a-t-elle prévenu.
Elle a cité les exemples de la Pologne et des Etats-Unis où, selon elle, l’exploitation des gaz de schiste et des huiles conventionnelles changent la donne notamment parce que leur coût est moindre. Nous avons du mal à comprendre pourquoi nous nous priverions d’un tel atout, s’est-elle étonnée.
Mme Parisot a conclu son propos sur le sujet en promettant de ne pas demander l’exploitation aujourd’hui. Mais, a-t-elle plaidé, si on pouvait au moins recenser nos réserves, si on pouvait au moins en connaître l’étendue et donc mesurer l’impact économique que cela pourrait avoir.
(©AFP / 18 septembre 2012 15h52)

http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-entreprise/gaz-de-schiste-la-gestion-du-risque-fait-partie-de-tout-projet-industriel-parisot_35231.html

Publicités

commenter...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s