Salsigne, une pollution durable

05/04/16 : Salsigne, une pollution durable

Le  jeudi 31/03/16 a été réunie en Préfecture de l’Aude la Commission Locale d’Information du bassin minier de Salsigne, Frédéric OGE, chercheur au CNRS, y a participé pour ECCLA.
La presse locale a  largement commenté le sujet et un article a été réalisé dans le Journal de l’Environnement.
Vous pouvez les consulter ci-dessous :

 Journal de l’Environnement, Le 05 avril 2016 par Romain Loury

A Salsigne, l’Etat veut colmater les brèches

Les riverains de l’ancienne mine de Salsigne, dans l’Aude, sont en colère: après plusieurs années de mise en doute des impacts environnementaux, les pouvoirs publics ont admis, lors d’une réunion organisée jeudi 31 mars, que les sites de stockage des minerais, riches en arsenic, présentaient des fuites et polluaient l’environnement. Des travaux de réfection vont être menés.

De son ouverture en 1892 à sa fermeture en 2004, la mine de Salsigne aura produit environ 120 tonnes d’or, ce qui en a fait la plus importante d’Europe occidentale. D’un point de vue environnemental, le bilan aura été lourd: avec 11,6 millions de tonnes de résidus pollués, en particulier de l’arsenic, le site, dont l’entretien est désormais assuré par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), demeure l’un des plus pollués de France.

De longue date, les riverains ont fait part de leurs inquiétudes quant à la pollution occasionnée par les sites de stockage de ces résidus, sans grand succès pour l’instant. En 2013, l’Association de défense des riverains des mines et usines de Salsigne a même déposé une plainte, classée sans suite, après qu’un ruisseau, le béat de Sindilla, a tourné au rouge avec des taux d’arsenic frôlant les 4.500 µg/l d’eau.

Ces chiffres de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), passés sous silence par la préfecture qui n’y voyait qu’une pollution naturelle, avaient coûté son poste au préfet. Trois ans plus tard, une réunion, jeudi 31 mars, de la commission locale d’information (CLI), en standby pendant trois ans, a enfin vu la préfecture reconnaître les faits: cette pollution était bien liée à des fuites d’arsenic issues du site de Montredon.

Montredon fuit de toutes parts

Plus récent des deux principaux sites de stockage (1994), Montredon présente de nombreuses fuites. Contacté par le JDLE, Francis Cottard, environnementaliste minier au département de prévention et de sécurité minière du BRGM, estime que ce site de stockage, bien que constitué «en fonction des meilleures techniques de l’époque», présente des signes de déstabilisation à son sommet.

«Les meilleures pratiques d’il y a 15 ou 20 ans n’ont pas la durabilité qu’on pouvait espérer à l’époque», estime-t-il. Cette colline artificielle, qui contient deux millions de tonnes de résidus dont 15% d’arsenic, présente en effet des failles au niveau de sa couverture: composée d’argile, cette «géomembrane bentonitique», qui recouvre l’ensemble, présente de nets signes d’usure.

Résultat, l’eau de pluie infiltre la couche de terre végétalisée qui couvre la colline, et passe à travers la membrane. La couche d’eau qui se forme ne peut s’écouler en profondeur, du fait que les minerais sont fortement tassés en raison de leur très fine granulométrie. L’eau parvient toutefois à fuiter, fortement chargée d’arsenic, sur les côtés du sommet, qui s’en trouvent fortement érodés.

Cette eau part dans l’environnement: on la retrouve notamment dans la «source du point V», pompée puis traitée, qui présente des taux d’arsenic jusqu’à 1.000 fois supérieurs au seuil de potabilité de 10 µg/L. Et la rivière de l’Orbiel, qui coule un peu plus loin, présente des taux oscillant dans l’année entre 35 et 75 µg/L, soit jusqu’à près de huit fois le seuil.

Une rénovation du site, dont la maîtrise d’ouvrage revient à la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées) et au BRGM, semble dès lors inéluctable. La solution envisagée est celle d’un changement de membrane, avec la pose de matériaux plus performants, tels que du polyéthylène de haute densité. Le projet, en cours d’étude, devrait être lancé en 2017, et coûterait 1,5 million d’euros, indique Francis Cottard.

L’Artus n’est pas très étanche

Egalement source de pollution, l’autre site de stockage, dénommé L’Artus, contient près de 10 millions de tonnes de résidus: mis en place en 1988, il ne possède pas de membrane étanche comme le site de Montredon, et se situe juste en bordure de l’Orbiel.

Il dispose en revanche, à ses pieds, de six bassins retenant l’eau qui s’écoule, laquelle est aussitôt traitée. Ce qui n’empêche pas une partie d’entre elle, probablement «quelques milliers de mètres cubes par an» (contre 60.000 à 80.000 m3 récoltés et traités), de s’écouler dans l’environnement, reconnaît Francis Cottard.

Pour ce site, le BRGM travaille actuellement à un nouveau traitement de l’eau arrivant dans les bassins. De nature biologique, il reposerait sur des bactéries sulfato-réductrices, capables de transformer l’arsenic en sa forme non soluble: celui-ci sédimenterait au fond, avec de moindres risques de fuites environnementales. Ce projet, qui exigerait de revoir le système des bassins, devrait être achevé en 2018, pour un coût de «quelques centaines de milliers d’euros», indique Francis Cottard.

Vers une nouvelle plainte pour pollution

Représentant l’association ECCLA (Ecologie du Carcassonnais, des Corbières et du littoral audois) lors de la CLI, Frédéric Ogé, chercheur au CNRS et spécialiste des anciens sites miniers, s’étonne de ce retournement des pouvoirs publics. «Jusqu’à présent, c’était ‘nous on sait tout, laissez-nous faire’: ils reconnaissent enfin que les membranes ont été mal posées», ajoute-t-il.

Quant à la solution bactérienne envisagée pour L’Artus, Frédéric Ogé s’étonne qu’elle ne soit évoquée que maintenant, alors que des chercheurs de Montpellier planchent sur cette technique depuis une vingtaine d’années.

Contacté par le JDLE, le président de l’Association de défense des riverains des mines et usines de Salsigne, Guy Augé, compte pour sa part redéposer sa plainte pour pollution, classée sans suite en 2013. «Puisque l’Etat reconnaît enfin que nous avions raison, et que cette pollution n’était pas naturelle, il est naturel de redéposer une plainte», juge Frédéric Ogé.

Article du 02/04/16 La Dépêche du Midi

[embeddoc url= »http://www.eccla-asso.fr/wp-content/uploads/2016-04-02.-la-dépêche-CLI-Salsigne.pdf » viewer= »google »]

Article du Midi Libre du 03/04/16

[embeddoc url= »http://www.eccla-asso.fr/wp-content/uploads/2016-04-03.-midi-libre-CLI-Salsigne.pdf » viewer= »google »]

Article de l’Indépendant du 04/04/16

[embeddoc url= »http://www.eccla-asso.fr/wp-content/uploads/2016-04-04.-midi-libre-CLI-Salsigne-AP-légumes.pdf » viewer= »google »]

 

Publicités

Revue de Presse Prévention Déchets du 19.12.2013 – France Nature Environnement

Retrouvez les anciennes revues de presse ici
> Retrouvez les communiqués de presse de FNE ici

Retrouvez les actus et les communiqués de presse de FNE sur fne.asso.fr

La sélection FNE

Quand l’entreprise répare ses propres produits ou se diversifie par ses déchets

Consultation publique du Plan national de prévention des déchets 2014-2020

Enquête sur les dates limites de consommation

Ile-de-France – Une source de productivité pour les entreprises

Agenda

Du 4 décembre 2013 au 4 février 2014 : consultation publique du Plan national de prévention des déchets 2014-2020

Uniquement pour les associations membres et affiliées FNE

13 janvier 2014 : Journée d’échanges sur les actions associations pour allonger la durée de vie des produits (Paris, 75)

17 janvier 2014 : Rencontre sur la tarification incitative, un outil au service de la prévention et du recyclage ; (Lyon, 69)

18 janvier 2014 : Réunion nationale du Réseau prévention et gestion des déchets (Lyon, 69)


REVUE DE PRESSE
ECONOMIE CIRCULAIRE

L’économie circulaire sur les rails

Quand l’entreprise répare ses propres produits ou se diversifie par ses déchets


ECONOMIE DE FONCTIONNALITE, CONSOMMATION COLLABORATIVE

La conso collaborative a 10 ans. Qu’a-t-elle changé pour vous ?

Emprunter la voiture du voisin, partager son bureau: la consommation collaborative

La consommation collaborative comme solution pour les cadeaux de Noël


PREVENTION QUANTITATIVE ET QUALITATIVE

Consultation publique du Plan national de prévention des déchets 2014-2020

Le plan national de non-prévention des déchets est avancé

Martinique-Le jeu des déchets avec le Conseil Général (972)

 


PLANS ET PROGRAMMES LOCAUX DE PREVENTION

Prévention et économie circulaire : quels enjeux et perspectives en Ile-de-France ?

Saint-Girons. Un guide pour réduire les déchets (09)

Charente : la réduction des déchets à bonne école (16)

La Corse se dote d’un projet de Plan de prévention et de gestion des déchets (Corse)

Pays Ajaccien : Premières propositions du comité de réduction des déchets (2A)

Verrey-sous-Salmaise : un travail de sensibilisation destiné à tous les âges (21)

Enquête publique sur le plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux du Morbihan (56)

Les habitants sont invités à réduire les déchets à la source (60)

Plan et Guide de Prévention (63)

Un plan pour réduire les déchets (64)


TARIFICATION INCITATIVE

Brazey-en-Plaine : une incitation à trier (21)

Déchets ménagers : une facture plus juste (33)

Vignoble nantais. Une redevance incitative dès janvier (44)

Déchets : une redevance incitative (64)

Ordures ménagères. – La mise en place d’une taxe ou redevance incitative est en projet (71)


DUREE DE VIE DES PRODUITS

L’obsolescence programmée est-elle une réalité ?

Obsolescence (dé)programmée: la fin des objets prêts à jeter?

Lantenay : un réflexe à intégrer avant de jeter (21)

Mende : premier salon du réemploi et de la récup’ (48)

Castres. Les collégiens créent et réparent des jeux pour Noël (81)


ECO-CONSOMMATION – FOYERS TEMOINS

HAUTES-ALPES, Réduire ses déchets : la preuve par l’exemple (05)

Saintes : « Oui, c’est possible de réduire ses déchets » (17)

Des poules gasconnes pour réduire les déchets ! (32)

Une sensibilisation à l’éco-emballage (80)

Les familles ont rempli leurs missions des écogestes durant quasiment dix semaines (87)

Levallois- Les familles temoins ont montre la voie (92)

Martinique – Opération « Foyer Test 2012 » :le Bilan ! (972)


GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Enquête sur les dates limites de consommation

La pollinisation par les abeilles donne des fraises plus fermes et plus grosses

VIDEO. Comment préparer un dîner anti-gaspillage?

Un protocole d’actions contre le gaspillage alimentaire (Bourgogne)

Comment réduire le gaspillage à la cantine (24)

Contre le gaspillage alimentaire (37)

Gaspillage alimentaire : la lutte s’organise (38)

Ploërmel. Ils épluchent des légumes pour le ciné-soupe (56)

Wazemmes : la Tente des glaneurs, trois ans déjà (59)

Sauveterre-de-Béarn : les élèves disent non au gaspillage alimentaire (64)

Gaspillage et frigos pleins (69)

CHALON : Les Glaneurs, l’histoire de femmes et d’hommes cabossés par la vie mais au cœur immense (71)

A Chambéry, une cantine solidaire pour les sans-abris (73)

Une « Soup pop » contre le gaspillage alimentaire (77)

La chasse au gaspi est ouverte (81)


COMPOSTAGE DOMESTIQUE (INDIVIDUEL OU COLLECTIF)

Lavelanet. Un composteur au collège Pasteur (09)

Intercommunalité cherche citoyens ambassadeurs de composteurs (14)

Inauguration d’une plateforme de compostage partagé au jardin des Huches (21)

Beaune : inauguration de composteurs au Clos-Maire (21)

Corrombles : atelier compostage dans un jardin (21)

Nuits-Saint-Georges : les habitants sensibilisés au compostage individual (21)

Aignan. Le collège Vert réduit ses déchets (32)

La chasse au gaspi grâce au composteur (33)

Ozenay, Le compostage, c’est facile (71)

SAONE ET LOIRE : Développez le compostage (71)

Saint-Pierre-le-Vieux, Le compostage est sur la placette (71)

Saint-Maurice-de-Satonnay, Compostage au resto scolaire (71)

Vimeu, Le compost : que des avantages (80)

La Roche-sur-Yon. Le compostage collectif gagne du terrain en ville (85)

Vendée. «Il faut prélever les bio-déchets à la source» (85)

 


COUCHES LAVABLES

Santerre – Retour des couches lavables (80)

 


PRÉVENTION DES DECHETS DES ENTREPRISES

Déchets du BTP : le plan d’actions du Gouvernement

Ile-de-France – Une source de productivité pour les entreprises (Ile-de-France)


Et toujours…

Le site FNE consacré à la prévention
>
Suivez l’hérisson Lulu ! avec le site prévention junior

Bonne lecture !

Pour vous désinscrire, merci d’envoyer un message à: dechets@fne.asso.fr

 

 

info d’ECCLA communiqué de presse

Vous trouverez ci-joint un CP sur l’enquête publique de Lambert appelant les Narbonnais à participer à la réunion publique de mardi prochain.

Pour les journalistes qui le souhaitent, ECCLA sera au Palais du Travail avec une demi-heure d’avance (17h30) pour expliquer sa position sur ce projet.

Vous pourrez avoir en primeur une copie de notre future déposition sur le registre d’enquête
Cordialement

Maryse ARDITI
> Ecologie du carcassonnais, des corbières
> et du Littoral audois
> eccla.free.fr

CP Lambert

Quarante tonnes de déchets PCB sur le « MSC-Flaminia »

LE MONDE | 31.08.2012 à 11h48 • Mis à jour le 31.08.2012 à 13h00

Par Marie-Béatrice Baudet

Le MSC Flaminia a été victime d'un incendie puis d'une explosion, le 14 juillet, au large des pointes bretonne et britannique. Le navire long de 299 mètres, qui bat pavillon allemand, a été pris en charge par trois remorqueurs.

Il aura fallu attendre un mois et demi pour que la liste des substances dangereuses transportées par le MSC-Flaminia, porte-conteneurs allemand accidenté au large des côtes bretonnes le 14 juillet, soit rendue publique. Pas par les autorités officielles mais par l’ONG française Robin des Bois.

« Le document est le bon », confirme la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord qui surveille de près le navire appelé à passer le Pas-de-Calais dans les jours qui viennent. Il devrait en effet rejoindre le port allemand de Wilhelmshaven, près d’Hambourg, dont les infrastructures permettraient de l’accueillir en toute sécurité.

Le recensement des « substances dangereuses » est long de cinq pages. Avec une première surprise : la présence de polychlorobiphényles (PCB) – souvent connus par le nom commercial impropre de pyralène – sous forme de déchets. Classés comme « cancérigènes probables », ces dérivés chimiques toxiques sont interdits en France depuis 1987.

Leur destination finale ? Le sud-est de l’Hexagone, plus précisément l’usine Trédi de Saint-Vulbas, dans l’Ain, « seul site au monde agréé pour la décontamination et l’élimination des déchets PCB », précise l’entreprise décidée à jouer la carte de la transparence.

HUILES DE TRANSFORMATEURS ET ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

« Les déchets, une quarantaine de tonnes environ, sont à 95 % des huiles usées de transformateurs, faiblement polluées, et pour le reste des équipements de protection individuelle utilisés lors d’opérations de conditionnement des PCB », indique-t-on au siège de l’usine.

Selon le groupe Trédi, ce transport « respecte les règles de la Convention de Bâle » et « a été autorisé par les administrations compétentes des pays concernés – exportateur, importateur et pays de transit ».

La marchandise PCB a été embarquée par le MSC-Flaminia au Mexique. Elle provenait de la société SEM Trédi, autre filiale du groupe Séché, agréée dans le pays pour la décontamination des transformateurs.

Si le navire n’avait pas été victime, le 14 juillet, d’un incendie puis d’une explosion – suivie d’une seconde quatre jours plus tard –, il aurait suivi sa feuille de route habituelle, avec une escale au Havre pour décharger les déchets PCB, ensuite transportés par camions jusque sur le site de Saint-Vulbas. Désormais, ils devront être acheminés d’Allemagne.

Ce ne sont pas les seuls fûts qui intéressent les autorités maritimes françaises et britanniques. La présence de dioxane (éther), d’isopropylamine (un solvant) et de nitrométhane, potentiellement explosif, est également pointée du doigt. Le ministère français de l’écologie avait demandé, début août, au Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), d’étudier les risques de dispersion dans les eaux – au cas où le bateau coulerait – et de contamination aérienne des substances dangereuses transportées.

RÉSULTATS D’EXPERTISES

D’autres expertises ont eu lieu : celle menée par Smit Salvage, l’entreprise néerlandaise de sauvetage choisie par l’armateur allemand Reederei NSB ; une autre menée par le cabinet Germanischer Lyod ; et une troisième réalisée, le 28 août, par une équipe internationale d’experts qui a fait des prélèvements dans les cales endommagées par les explosions et les incendies, et où des produits se sont déversés. Les résultats devraient être connus très rapidement.

Une grosse moitié des 2 876 conteneurs transportés ont été détruits ou abîmés. Leur cargaison a dû tomber en fond de cale, trempée et dissoute par l’eau des lances à incendie. Selon le groupe Trédi, les conteneurs qui contiennent les déchets PCB n’auraient pas été endommagés.

Marie-Béatrice Baudet