Huile de palme : débat à Port la Nouvelle le 8 juin

 

Soirée sur l’huile de palme vendredi à Port la Nouvelle

> Nous relayons l’invitation du collectif NOPALME (Nouvelles Orientations Pour des Alternatives Locales en MEditerranée) à venir vous informer, échanger et participer à la dynamique qui s’est mise en place depuis plus d’un an sur le projet de Port la Nouvelle.
>
> Vendredi 8 Juin dès 18h30 à la salle Roger Couderc de La Nouvelle, Mariette Gerber viendra parler des conséquences de la consommation d’huile de palme sur la santé, et Sophie Chapelle des conséquences sur la planète
> Projection de film, débat, exposition sur les conséquences de la culture de l’huile de palme, stands d’information…
>
> Depuis plus d’un an, le collectif informe, mobilise, agit et propose des alternatives pertinentes au projet colossal que souhaitent lancer les collectivités : 200 millions d’euros d’argent public investis pour aménager le port de commerce en eau profonde et alentours, afin d’installer les multinationales de l’agroalimentaire qui prospèrent en supprimant des emplois, en exploitant la misère, en rendant dépendants de leur approvisionnement les peuples du monde entier, et surtout en détruisant la planète et en accaparant ce qu’il reste de ressources.
>
> A rebours d’un développement de l’économie et l’emploi local, malgré une topographie maritime non adaptée, des trafics routiers déjà trop importants, des installations SEVESO proliférant à proximité immédiate de sites naturels et protégés, et allant à l’opposé de toutes les politiques liées au grennelle (plans climats énergies, développement des circuits courts, critères développement durable dans les projets des collectivités, etc.), la région, le département, l’agglomération et la commune imposent un projet qui ne répond à aucune attente ou besoin de la population de la région, qui ne va que causer des dommages écologiques, sociaux et économiques tant localement que sur une échelle nationale, et qui va consumer des ressources et financements qu’on dit rares et qu’on distribue avec parcimonie.
>
> Plus d’info sur le collectif :
>

BLOG: http://nopalmepln.tumblr.com/
> FACEBOOK:  http://www.facebook.com/profile.php?id=100002837246777

Publicités

Ni palme, ni laurier

« Ni palme, ni lauriers »

Le 16/01/2012 à 06h00

Le collectif No Palme communique : En date du 22 décembre 2011 la compagnie Sime Darby annonçait aux autorités de la région Languedoc-Roussillon qu’elle retardait d’un an sa signature de contrat pour installer une usine d’huile de palme à Port-La Nouvelle. Ainsi le collectif NO-PALME (Nouvelles Orientations Pour des Alternatives Locales et Méditerranéennes) qui se bat depuis un an contre l’installation de cette usine aurait tout lieu de se réjouir .

Aurions- nous gagné ? Oui, sans doute, il est fort probable que la multinationale ne s’installera pas à Port-La Nouvelle. Nous serions en droit d’en avoir la confirmation des autorités régionales.

//

Oui parce que nous avons convaincu une grande partie de la population de cette ville et des environs que derrière cet Eldorado annoncé par les communicants de Sime Darby et nos élus du conseil régional se cachaient de nombreux drames que ne compenseraient jamais les 200 emplois illusoires annoncés. Des milliers de personnes ont signé la pétition que les membres du collectif ont proposée depuis 8 mois.

Mais, sur un autre plan nous avons perdu. En effet, ce ne sont ni le conseil régional, ni le conseil général de l’Aude, ni la communauté d’agglo du Grand Narbonne, ni la mairie de Port-La Nouvelle qui ont renoncé au projet. Nos arguments expliquant le problème de déforestation, celui du vol des terres au Libéria où s’établissent de force les plantations de palmiers à huile. La folie de la politique européenne sur le développement des agro-carburants, la perte de souveraineté alimentaire qu’engendre cette politique en Afrique et aussi en France, les risques environnementaux qui pèsent sur le littoral languedocien, la dilapidation de 200 millions d’euros d’argent public qui manquent tant pour la relocalisation de notre économie régionale, l’ouverture minimum d’un dialogue entre le collectif NO-PALME et les élus, tout cela fut ignoré, refusé, bafoué par nos élus. En cela nous avons échoué.

La multinationale fut sans doute plus à l’écoute de notre résistance que MM Bourquin, Navarro, Codorniou, Viola, Martin, Bascou sensés nous représenter dans nos institutions politiques.

Mais, sans illusion, nous savons que Sime Darby renonce à s’installer à Port-La Nouvelle pour avant tout des raisons économiques. Le climat n’est pas favorable pour engranger un taux de profit suffisant. Comme nous l’annoncions la fulgurante progression de la consommation d’huile de palme avait des chances de se ralentir.

A cause des problèmes écologiques et humains qui commencent à faire réfléchir les consommateurs mais aussi pour des raisons de santé. L’huile de palme contenant plus de 51 % d’acides gras saturés, le corps médical préconise de diminuer sa consommation. De grandes marques annoncent fièrement qu’elles renoncent à cette huile bon marché mais de plus en plus critiquée. Chez les bios, un boycott de l’huile de palme s’annonce.

Nous sommes en colère envers certains de nos élus et amers face à ceux qui désapprouvent sans rien dire. Confiant en l’intelligence citoyenne, nous continuerons notre lutte contre la consommation d’huile de palme en Europe, nous persisterons à vouloir protéger la population et la nature contre les méfaits de l’industrialisation irraisonnée de sites fragiles. Nous insisterons pour que les deniers publics soient réorientés pour les besoins réels des habitants sans compromettre l’avenir en particulier lors du débat public sur l’agrandissement du port de La Nouvelle . Lorsque ce futur possible et solidaire sera compris par nos élus nous aurons gagné. Le combat de NOPALME n’est donc pas terminé !

Huile de Palme… Suite

La suite de l’Article du Midi Libre du 23/12/2011 ICI

Pour mémoires les élus du Grand Narbonne, du Conseil Général de l’Aude et du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon avaient décider d’investir 200 M€ de subventions pour l’implantation d’une usine d’huile de Palme du groupe Sime Darby à Port la Nouvelle pour la création de 50 emplois directs…

Si je sais compter ça fait un ratio de 4 000 000 € par emploi ! Pour info, un smicard qui travaille 42 ans coûte 1 000 000 € charges patronales comprises pour toute sa carrière. En prime il a le droit de prendre sa retraite à 60 ans. Sans être un grand mathématicien je créerais au bas mot 200 emplois avec 200 M€… Ils ne savent pas compter nos élus ? N’en doutons pas… Question: Est-ce qu’il existe des commissions lorsque l’on signe des contrats de cette importance?

Nitrate d’Ammonium et Nucléaire…

Le Nitrate d’Ammonium qui sert essentiellement à fabriquer des engrais chimiques, transite par Port-La-Nouvelle…

Port-La Nouvelle dont le port veut accueillir une usine d’huile de Palme. Huile et Nitrate d’Ammonium ça donne quoi comme réaction chimique:

Projet de raffinerie dans l’Aude

Mets pas de l’huile !

paru dans CQFD n°93 (octobre 2011), par Sébastien Navarro, illustré par
mis en ligne le 7 décembre 2011

Parce que leur embarcadère est convoité par un géant de l’huile de palme, des habitants de Port-la-Nouvelle montent au front. Porté par un argumentaire bien huilé et rétif aux graisseurs de patte, le comité No Palme tente d’alerter son monde…

Port-la-Nouvelle, petit bourg situé à une vingtaine de kilomètres de Narbonne (Aude). Les membres du comité No Palme prennent place dehors, à la fraîche, à deux pas de la gare. À quelques centaines de mètres, la cheminée de la cimenterie Lafarge étire sa hampe grisâtre. Alain : « On sait très peu de choses du projet. C’est dans la presse régionale, au printemps dernier, que l’on en a appris les grandes lignes. » Que voici : la multinationale malaisienne Sime Darby, leader mondial dans le secteur de l’huile de palme, a jeté son dévolu sur Port-la-Nouvelle pour y implanter sa seconde usine de transformation en Europe (la première étant près de Rotterdam). La raison : Sime Darby vient d’acquérir plus de 200 000 hectares de terres au Libéria et a besoin d’un site de raffinage en Europe du Sud. L’huile de palme a le vent en poupe, non seulement sur le marché alimentaire, mais aussi dans le secteur énergétique puisque l’Union européenne a fixé à 10 % la part des agrocarburants à atteindre en 2020.

Hosanna ! se sont écriés la région Languedoc-Roussillon – propriétaire du port – et les élus locaux. Et tous de pousser à la roue de ce faramineux projet. De l’industrie ! Des créations d’emplois ! Mais si l’affaire fait l’unanimité chez les édiles, la plèbe ne s’en laisse pas conter : refusant ce projet de tartuffe, elle a créé le comité No Palme – pour Nouvelles orientations pour des alternatives locales et méditerranéennes. Alain, toujours : « Sime Darby ne vient qu’à condition que l’on procède à une extension du port. Le coût des travaux est de deux cent millions d’euros. Cet argent n’aurait-il pas pu être mis ailleurs ? Dans la réimplantation de maraîchers, dans la pêche artisanale, la conchyliculture, le développement de circuits courts ?… » De surcroît, cette expansion empièterait sur une zone côtière riche en biodiversité. Sans parler de la hausse du trafic autoroutier, puisque le fonctionnement de l’usine implique le passage quotidien de trois cent quarante camions. Mais ces préoccupations sont sûrement très éloignées de celles des dirigeants de Sime Darby, à la lumière de leurs faits d’armes. En Indonésie et en Malaisie, cette firme a participé activement aux campagnes de déforestation sauvage afin de replanter des palmiers à huile. Un exemple parmi d’autres : sur l’île de Sumatra, l’équivalent de « 400 terrains de football » est rasé quotidiennement [1].

« Pour rassurer Sime Darby, poursuit Alain, Bernard Ballester, le président de la chambre de commerce et d’industrie, a déclaré qu’à Port-la-Nouvelle, “il n’y a pas de docker”. Ce qui veut dire : ici, vous serez tranquilles. Pourquoi Sime Darby n’a-t-elle pas choisi Marseille ? Parce qu’ici les types bossent quarante heures par semaine, dans une vraie précarité. Et comme il n’y a pas de syndicat, il n’y a aucun risque de contestation. » Et quand bien même il y en aurait… À l’origine, la prud’homie de pêche [2] était membre du comité, mais un élu aurait fait pression sur les pêcheurs pour qu’ils la mettent en sourdine, promettant que les emplois créés – une vingtaine selon les dernières estimations – leur seraient réservés. Ce qui fait dire à Paul, autre membre de No Palme : « Les pêcheurs qui ont accepté les cacahuètes de la mairie vont devenir les larbins de Sime Darby. »

Une raison bien plus explosive pousse à s’opposer à ce projet. Port-la-Nouvelle abrite en son sein quatre dépôts classés Seveso « seuil haut » (gaz liquéfié, pétrole et alcool). Le port dépote chaque mois 1 500 tonnes de nitrate d’ammonium en provenance de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) et à destination du Maghreb. Albert, autre opposant, a potassé sa chimie : « Le nitrate d’ammonium est utilisé comme engrais. Mais c’est aussi un explosif. Si tu le mélanges avec un corps gras, de l’huile végétale par exemple, tu décuples ses capacités détonantes. Il n’est pas difficile d’imaginer la puissance qu’aurait une explosion alimentée par le stockage de milliers de tonnes d’oléagineux. Port-la-Nouvelle serait rayée de la carte. » En octobre 2009, un silo de l’usine Lafarge a pris feu, mais le grand boum a été évité de peu. En juillet 2010, un camion transportant du GPL s’est enflammé à son tour, a incendié plusieurs entrepôts et camions, et treize personnes ont été blessées. Puis, en mai 2011, un écrou mal scellé a provoqué la fuite de 3 500 tonnes de ciment d’un silo. Alain conclut : « À Port-la-Nouvelle, deux trains acheminent chacun sept cent cinquante tonnes de nitrate d’ammonium par mois. Quatre cents ont suffi pour provoquer la catastrophe d’AZF. »

Lu dans l’Indépendant d’hier, cet communication d’ECCLA

Enfin, bonne nouvelle, le département de l’Aude possède aussi ses risques nucléaires:

Usine d’huile de palme à Port La nouvelle…suite…

Communiqué

 

Huile de palme à Port-la-Nouvelle: l’Union européenne met la pression

 Toulouse, le 5/12/11

 Il y a quelques semaines, Catherine Grèze, Députée européenne du Sud-Ouest et coordinatrice de la Commission développement au Parlement européen, interpellait la Commission européenne au sujet du projet d’usine de raffinage d’huile de palme à Port-la-Nouvelle.

Le projet de la multinationale Sime Derby, qui possède déjà des milliers d’hectares de plantation en Asie et au Libéria, semble peu compatible avec la Directive européenne sur les énergies renouvelables, selon laquelle les biocarburants et bioliquides ne doivent pas être produits à partir de matières premières provenant de terres de grande valeur en termes de diversité biologique ou présentant un important stock de carbone.

Notre position est confortée par la réponse très claire donnée à Catherine Grèze par la Commission : « dans plusieurs pays en développement, l’extension légale et illégale des plantations destinées à la production d’huile de palme figure parmi les principaux facteurs de dégradation des sols organiques et des forêts et de leur disparition ». La Commission compte d’ailleurs suivre de près cette filière, puisqu’à partir de 2012, elle remettra tous les deux ans un rapport sur son incidence sur l’environnement, et les conflits d’usage avec d’autres cultures.

Pour Catherine Grèze : « Après l’annonce de la multinationale de reporter sa décision de financement du projet, cette réponse de la Commission jette un peu plus le discrédit sur ce projet. Aujourd’hui, plus personne ne peut ignorer la nocivité de ce produit pour la santé et l’environnement. Au Nord comme au Sud. »
>

>

Contact presse : 
>
>           Fanny Thibert
>    Attachée parlementaire locale de Catherine Grèze
Députée européenne du Sud-ouest

>                         Permanence de Catherine Grèze
>                                        47 Rue Pargaminières
>                                            31000 Toulouse
>                                              09 81 25 52 79
>                                              06 58 41 47 75
>

Usine d’huile de palme à Port-La-Nouvelle…l’incertitude…

 Les travaux d\'extension du port ont déjà commencé en prévision de l\'arrivée de nouveaux industriels.

Les travaux d’extension du port ont déjà commencé en prévision de l’arrivée de nouveaux industriels.

A Port-La-Nouvelle, la rumeur bruisse depuis une quinzaine de jours : l’implantation de la raffinerie d’huile de palme pourrait être reportée par la multinationale malaisienne Sime Darby. Ce projet économique était pourtant sur de bons rails, si l’on se réfère à l’assurance affichée par les élus locaux qui se réjouissaient ces derniers mois des retombées attendues en terme d’emploi.

Au départ, on évoquait une centaine, puis une cinquantaine d’embauches. Quelle est la réalité ? Interrogé à propos de ces incertitudes qui entourent dorénavant ce dossier jugé prioritaire par la Région, Bernard Ballester, président de la CCI confirme le délai, mais reste résolument optimiste : « Pour moi, le projet n’est pas retoqué, mais il est vrai que Sime Darby qui s’était engagé à donner sa réponse à la fin de l’année a exigé un délai de 6 mois, de manière à différer sa réponse. L’industriel a évoqué des raisons budgétaires ».

Le contexte économique européen n’est pas favorable, certes, et freine déjà de nombreux dossiers. Mais pourquoi, dès lors ces rumeurs font-elles état d’une possible installation de cette usine en Croatie, pour un coût de main d’oeuvre réduit ? Piste déjà évoquée dès l’amorce de ce dossier, il y a plusieurs mois. Or jeudi dernier, Sime Darby nous assurait que le projet tenait bel et bien la route. A Port- La Nouvelle, on se souvient des récentes prises de position de personnalités sur le site, telles que Cécile Duflot, accompagnée de Stéphane Linou, conseiller général EE-LV, José Bové et Arnaud Montebourg. Certains habitants estiment que leurs voix ont pu se faufiler jusqu’en Malaisie, via les Pays-Bas.

Rappelons que la raffinerie d’huile de palme est critiquée en soi par les écologistes qui dénoncent les risques de la déforestation en Asie et brandissent les dangers pour la santé publique des produits fabriqués. Des arguments qu’avaient balayés les élus locaux après la visite de l’usine de Sime Darby à Rotterdam.

SOURCE : L\’indépendant

Oyez! Oyez! NOPALME… ACTION…12.XI.2011

Samedi 12 Novembre 2011, le collectif NOPALME organise une journée d’action.

Si vous voulez en savoir plus sur le programme de la journée, cliquez-là

Jusqu’au 17 novembre 2011 vous pouvez participez à l’élection du prix Pinocchio: quick-ici

Pour signifier votre désaccord contre une installation d’huile de palme à Port-La-Nouvelle, une pétition rassemble 4 870 signatures, pour y ajouter la votre c’est là

4% du territoire du Liberia va être déforesté (l’équivalent de l’ensemble de la superficie du département de l’Aude) et ressemblera à çà:

Merci à nos fidèles lecteurs et à nos adhérents pour leur soutien et la participation à nos actions futures…

Huile de Palme… 200 millions d’€ d’argent public

Un dossier brûlant est entrain de focaliser l’attention depuis une année: L’usine d’huile de palme de Port-La Nouvelle. L’huile de Palme contribue à la déforestation, à l’extermination des Orang-Outans  et est mauvaise pour la santé. Elle se cache partout dans l’alimentation (souvent on ne dit plus son nom sur les étiquettes: on l’appelle Huile végétale) et aussi dans les carburants diesels.

L’huile de palme est bon marché et elle va nous coûter 200 000 000 €, pour la création de 200 emplois. Je me suis livré à un petit calcul. Un employé au SMIC coûte 1 700 € à son patron (charges salariales et patronales incluses)  ce qui fait que la Région (140 M€), le Département (30 M€), le Grand Narbonne (30 M€) vont financer le paiement des 200 emplois pendant 49 ans !!!!

200 M€ ce sont 117 647 mois de salaires ou encore 9 803 années de salaires au SMIC.

Si la région, le département, et le Grand Narbonne donnaient une subvention de 100 000 € à tout nouvel agriculteur, nous pourrions créer 2 000 exploitations agricoles dans le département !!!! Pourquoi ne pas financer l’huile d’Olive ou la viticulture locale?

Signer la pétition




Et si l’arrière port se faisait sur la zone de Truilhas comme en parle M. Lapalu dans une interview accordée à l’Indépendant le 19.X.2011?






Pour aller plus loin et voir ce qu’est vraiment l’huile de palme:

En cliquant sur les articles vous irez sur les sites internet qui constituent les sources de cet article:

– les journaux « L’indépendant », « Le Midi Libre », « Le Figaro », « Les Echos » et « France 3 »

– Les blogs « Les petits pois sont rouges », « Europe Ecologie Les Verts », « Netoyens », « Collectif No Palme » et « Exergue »